L'Assurance vie, une solution à laquelle penser

L’assurance-vie présente de nombreuses qualités sur le plan fiscal, mais s’est également un outil de gestion de trésorerie personnelle par le biais du système d’avances.

Si vous avez besoin de liquidité, l’avance peut être une solution plus intéressante et moins coûteuse que de souscrire un crédit à la consommation ou d’effectuer un rachat sur votre assurance-vie.

Fonctionnement

L’avance est une somme d’argent mise à disposition par l’établissement financier auprès duquel vous avez souscrit votre contrat d’assurance vie, et dont le montant maximum est de 60 % à 80 % du contrat. Cette somme n’étant pas à proprement parler retirée du contrat, il n’y a pas de fiscalité applicable, contrairement au rachat qui déclenche le compteur fiscal.

En contrepartie, l’établissement financier demande une rémunération sous forme d’intérêts, comme il le ferait pour un prêt. Le taux d’intérêt est calculé en fonction du taux moyen des emprunts d’État majoré de frais de gestion. L’établissement financier n’est pas tenu d’accepter, mais le plus souvent, cela ne pose aucun problème.

L’avance doit être remboursée dans un délai de trois ans, renouvelable éventuellement une seule fois. Elle est remboursable sans frais, à tout moment, en une ou plusieurs fois. Le délai de mise à disposition des fonds est variable selon les établissements financiers (entre huit à dix jours).

En cas de non remboursement à l’issue de cette période, l’avance est annulée et assimilée à un retrait partiel, avec les conséquences fiscales et de frais qui l’accompagnent. Nous recommandons de ne pas attendre aussi longtemps pour y mettre fin, car la facture finit par monter avec le temps et la comparaison avec un crédit est alors un moins favorable.

Avantages

Votre épargne continue à rapporter des intérêts sur le montant total, l’avance ne modifie en rien le fonctionnement de votre contrat. Elle n’est pas déduite de votre épargne, la rentabilité reste donc intacte et continue à générer des intérêts normalement.

Contrairement à un prêt classique, il n’y a pas d’étude de solvabilité puisque l’avance est garantie par votre contrat d’assurance-vie.

Seule contrainte : il est plus difficile d’effectuer un rachat, tant que l’avance n’est pas remboursée.