PERP, une option de réversion

Tous les régimes de retraite, de base et complémentaires, prévoient lors du décès d’un assuré le versement d’une partie de sa retraite, ou de celle qu’il aurait du toucher, au profit de son conjoint survivant. Encore faut-il comprendre le fonctionnement de la pension de réversion pour faire valoir ses droits.

Premier rappel, la pension de réversion exclut d’emblée les partenaires de Pacs ou les concubins. Sous cette réserve, les droits à réversion sont ouverts aux femmes comme aux hommes, qu’ils soient inactifs, encore en activité, ou qu’ils perçoivent déjà leur propre pension de retraite.

 

L’option de réversion 

 

En cas de souscription d’un produit d’épargne retraite individuel de type PERP, le versement de la rente s’arrête en principe au décès du bénéficiaire. Toutefois, il est possible d’opter pour une rente réversible au profit du conjoint survivant ou d’un autre bénéficiaire librement choisi. Cette option doit être choisie au plus tard lors de la mise en service de la rente. La réversion peut porter sur la totalité de la rente ou une partie seulement (60 % le plus souvent).

Mais attention, car si vous choisissez cette option, le montant de la rente que vous toucherez sera moins élevé. Dans ce cas le calcul du montant de la rente intègre aussi l’âge du bénéficiaire de la réversion. C’est donc une solution à écarter lorsque le conjoint, susceptible de bénéficier de la réversion, est beaucoup plus jeune que l’assuré. 

 

L’option des annuités garanties sur une période déterminée

 

La rente viagère peut être assortie d’annuités garanties. C’est une alternative à la rente réversible. Le principe est de garantir, quoi qu’il arrive, le versement d’une rente sur une durée minimum librement fixée parmi les choix proposés (ex : pendant 10 ou 15 ans).

 

Comment fonctionnent les annuités garanties ?

 

En choisissant la rente à annuités garanties, le rentier désigne plusieurs bénéficiaires.

Deux cas de figure se présentent :

  • Le retraité décède pendant la période d’annuités garanties. 100 % de la rente continue alors d’être versée au bénéficiaire (souvent le conjoint) désigné par le rentier sur la période prédéfinie restant à courir. Si ce bénéficiaire décède, le solde (les annuités restant à courir) sera versé aux bénéficiaires de 2ème rang (les enfants par exemple)
  • Le retraité est toujours en vie au terme de la période d’annuités garanties. il continue alors à percevoir sa rente tout le restant de sa vie (rente viagère)